Actualités

Juger de la personnalité et des compétences d’un candidat en quelques dizaines de minutes n’est assurément pas chose aisée. La chose se complique encore plus lorsque le candidat, déjà sur la réserve par les circonstances, s’inhibe au fil de questions qui le perturbent. Capital Ressources vous donne quelques astuces pour mettre à l’aise les candidats et vous permettre de mieux les cerner au cours d’un entretien.

 

L’importance du langage corporel

Au cours d’un entretien d’embauche, l’adrénaline aidant, l’attention d’un candidat est maximale et le pousse à surinterpréter tous les éléments de langage du recruteur, à commencer par les éléments de langage corporel. Avant de réfléchir aux bonnes questions à poser en entretien d’embauche, il faut donc veiller à envoyer les bons signaux au candidat.

À proscrire : le pianotage sur la table, les regards par la fenêtre, l’affaissement dans sa chaise ou encore la main qui soutient péniblement le front, les bras ou les jambes croisés, etc., comme autant de marques d’un certain ennui ou d’une certaine défiance, on ne peut plus déroutantes pour le candidat. À l’inverse, un sourire invariablement figé et forcé peut également être mal interprété !

À adopter : une expression naturelle mais sérieuse, ponctuée de quelques sourires bienveillants, sont le plus à même de mettre un candidat dans les meilleures conditions.

 

Le CV comme simple support, priorité à la narration

Se focaliser sur le CV du candidat et lui demander de s’en expliquer sur certains points est une erreur à deux égards. D’une part cela parasite sans cesse les interactions visuelles, d’autre part cela donne la sensation d’une évaluation là où une démarche conversationnelle doit être privilégiée. Le CV doit être un support à la conversation et son guide ou son fil rouge. Prenez appui sur le CV pour ouvrir des échanges qui se détachent un peu de l’enjeu de l’entretien et encourageent des développements du candidat. Exemples : « Qu’est-ce qui a guidé vos choix depuis la fin de votre cursus académique ? », « Quelles stratégies avez-vous adoptées pour atteindre vos objectifs ? », « Quels enseignements avez-vous tirés de telle ou telle période ? », etc.

 

Stimuler l’échange pour un entretien débridé

Dans le prolongement du conseil précédent, il faut ouvrir progressivement la discussion vers ce qui ne concerne pas directement les compétences ou la future mission du candidat, mais vers ce qui l’anime et ce qu’il est. C’est là le meilleur moyen de voir le candidat en dire un peu plus sur lui et d’observer son comportement et sa façon d’appréhender les questions qui lui sont posées pour en déduire quels peuvent être ses soft-skills, à plus forte raison s’il a déjà été mis en confiance par les pratiques énoncées précédemment. Cela a également la vertu de montrer l’intérêt que l’entreprise qui recrute a pour la personnalité du candidat et suscite davantage le désir d’une aventure collective qu’une simple adéquation entre le profil et la mission proposée. Il n’est pas ailleurs pas impossible de revenir dans un second temps sur des points plus « hard-skills », maintenant que le candidat est plus en confiance.

 

Soft skills, la valeur ajoutée de Capital Ressources

Tous ces conseils et astuces concourent à mieux déceler ce qu’on appelle les « soft skills », les compétences et qualités humaines les plus difficiles à révéler par un entretien formel. Si les « hard skills » sont des compétences techniques bien plus faciles à évaluer objectivement, les « soft skills » ne peuvent l’être qu’avec un certain savoir-faire du recruteur.

C’est là l’une des « marques de fabrique » de notre cabinet de recrutement qui veille à ce que la personnalité des candidats qui vous sont proposés soit en adéquation avec la culture de votre entreprise telle que nous l’avons identifiée au fil de nos échanges. Un leitmotiv présent à chaque étape de notre méthodologie de recrutement Méthode P.R.I.S.E.® (Préparation, Recherche, Identification, Sélection, Embauche), nous permettant notamment d’afficher taux de réussite de 98,4% des recrutements pour les 200 clients du cabinet, dont 85% de clients fidèles.

Partagez sur : twitter linkedin facebook

Plus récent

Plus d’articles